Par dix par cent par mille / Parodie chinoise

COUP DE COEUR

C’était une ville idéale dans mes pensées En réalité, c’était une ville de ténèbres
Il y avait des mendiants qui vivaient dans le métro
Il y avait des mendiants qui nous chantaient leur misère

Par dix, par cent, par mille
Venant de pays distincts
Ce qui nous donnait de la peine
Par dix, par cent, par mille
avec un air terrible
Les gens croyaient au paradis

Dix sont venus et ont gagné de l’argent
Cent sont venus et ont fouillé les ordures pour se nourrir
Mille sont venus et n’ont pas trouvé de travail
Et puis d’autres encore sont retournés dans leur pays dès leur arrivée

Par dix, par cent, par mille
Disaient-ils d’un air calme
Les gens croyaient au paradis
Par dix, par cent, par mille
Venant de pays distincts
Ce qui nous donnait de la peine

Pas de commentaires.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *