« Peace or violence »

Court métrage

Un scénario de Court-métrage en cours de tournage, sur le thème de « Peace or violence », de Stromae

1-Scène 1: L’emménagement – EXTÉRIEUR JOUR

Les déménageurs arrivent devant la porte du bâtiment (infirmerie, réfectoire ou bâtiment A) avec leur diable sur lequel des cartons sont empilés. PP les attendait devant la porte.

Personnage principal

Bonjour. Je suis le fils de madame Frigaud. C’est au troisième. Besoin d’aide, messieurs?

Déménageur 1

Ah! Un petit coup de main ne serait pas de refus! Tiens, porte-moi ça mon p’tit gars.

Déménageur 1 tend un carton à PP.

Déménageur 2

T’as vu ça, Philippe? Il a une force d’acier ce gamin. Futur boxeur, moi j’te l’dis!

Déménageur 1

Excellent, Guy, excellent.

PP rit, flatté. Il porte son carton, l’utilise pour bloquer la porte, tandis que les déménageurs en prennent trois d’un coup en sifflotant. Ils déchargent le diable dans la cage d’escaliers. Ils font une pause.

Déménageur 2

Merci, p’tit. Heureusement que t’étais là. Au fait, ta mère et toi, vous venez d’où?

Personnage principal

De Lille.

Déménageur 1

Dis-donc, tu d’vrais pas être à l’école, champion?

Personnage principal

Non. Je viens d’arriver. Ma mère va m’inscrire demain au collège Fabien. Je commencerai les cours lundi.

Déménageur 1

Bonne chance mon p’tit!

Déménageur 2

Eh! Mon fils est là-bas. Peut-être que tu t’entendras avec lui?

Personnage principal

Ah oui. Merci.

Ils se remettent au travail, commencent à monter les escaliers avec les cartons. PP en porte un, les déménageurs trois.

2-Scène 2: L’entrée au collège EXTÉRIEUR JOUR – Devant la grille du collège

PP arrive devant la grille du collège. Sa démarche est un peu hésitante: il marche à petits pas, en regardant de tous les côtés avec curiosité. Un surveillant est là, qui contrôle les carnets de liaison.

Trois figurants passent, avant ou après PP.

Le surveillant

Fais-voir ton carnet.

Personnage principal

Euh… J’en ai pas, je suis nouveau.

Le surveillant

C’est vrai que ta tête ne me revient pas. Bon, vas-y.

PP franchit la grille. A ce moment-là, un élève passe en courant, un autre le poursuit, bouscule PP qui est poussé sur un troisième élève, qui se retourne avec une expression fâchée.

Elève 3

Eh! Tu bouscules qui, toi?

Personnage principal

Excuse-moi, j’l’ai pas fait exprès. C’est ces deux-là… (Il tend la main) Je m’appelle PP, je suis nouveau, je viens de Lille. Et toi?

Elève 3

Et alors? Tu sais qui j’suis, moi? On est le matin et tu bouscules les gens?

Personnage principal

Je suis vraiment désolé. Je te dis que c’est quelqu’un qui m’a poussé…

Elève 3 (l’interrompt, de plus en plus menaçant)

Arrête d’accuser les autres. Tu m’as quand même poussé, bouffon! Tu veux t’tappe?

Elève 3 serre les poings, bombe le torse, lève la tête et toise PP.

Personnage principal (calmement)

Non, non, j’veux pas d’ennuis; et je suis contre la violence…

Elève 3 (en ricanant)

Eh, on a un « non-violent dans ce bahut! Regardez-moi ce lâche! Tu fais pitié! Avoue que t’as peur!

Deux autres élèves, qui passent à ce moment-là, rigolent.

Personnage principal (sérieusement)

Non, je n’ai pas peur, je trouve que la violence ne résout rien, que ce n’est pas une solution…

Les trois élèves l’interrompent en riant, se moquent de lui, s’exclament en parlant tous en même temps.

Elève 3 (moqueur)

Il a peur de se faire un petit bobo?

Elève 4 (injurieux)

Ferme-la, bouffon; t’es qu’une flippette!

Elève 5 (méprisant)

Ouais, c’est ça, dégage le « non-violent »!

Le surveillant qui était à la grille arrive, énervé. Il sépare tout le monde. Pendant ce temps, la sonnerie retentit.

Le surveillant

Eh, vous, arrêtez tout de suite! Si je revois une dispute de ce genre, c’est direction la principale! Les cours vont commencer, allez vous ranger!

Elève 3

La vie d’ma mère, la prochaine fois j’t’éclate, bouffon!

Le surveillant (crie à élève 3, en indiquant de la main la direction des bureaux)

Des menaces? Bon, alors toi, chez la principale, tout de suite! Je t’y retrouve dans deux minutes et on règle ça!

Personnage principal (au surveillant)

Dites monsieur! Je suis bien dans un collège? Pas dans un hôpital psychiatrique?

Le surveillant (fâché, et en indiquant la direction des salles de cours)

Toi le nouveau, tu fais pas l’malin et tu vas en cours direct! Tu es déjà en retard!

Le personnage principal part. On sent dans sa démarche la déception, le sentiment d’injustice, un début de révolte.

3-Scène 3: La première heure de cours INTÉRIEUR JOUR –

A- Dans les couloirs.

Bruit du vent, couloirs vides. PP est seul dans les couloirs, il court. Essoufflé, cela fait manifestement un moment qu’il cherche la bonne salle. Il trouve enfin la porte. Il frappe. Une voix lui dit d’entrer.

B-Dans la salle de classe.

PP entre dans la salle, referme la porte derrière lui. Elle grince et claque bruyamment.

La classe est calme. Le professeur se lève. Il est vêtu comme un vieux, avec une coupe au bol et des lunettes rondes.

Personnage principal

Bonjour monsieur. Je suis désolé d’être en retard. Il y a eu une bousculade, et j’ai mis du temps à trouver la salle car je suis nouveau dans l’établissement…

Professeur (en marchant vers lui d’un air hautain)

Monsieur! Trouvez-vous normal d’arriver en retard en cours, SURTOUT (fort) pour son premier jour, ET (encore plus fort) pour sa première heure de cours!!? (Levant un doigt menaçant et accusateur) Vous commencez mal l’année! Très mal!!!

Grand silence dans la classe.

Personnage principal

Vous avez raison, m’sieur. Désolé, m’sieur. Ca n’se reproduira plus, m’sieur…

Professeur (en fronçant les sourcils, les mains sur les hanches)

Vous avez intérêt! Bon, assez perdu de temps. Votre carnet!

Personnage principal

Euh, j’en ai pas encore…

Professeur (faisant de la main un geste d’impatience)

Alors présentez-vous. Nom, prénom, dernier établissement fréquenté?

Personnage principal ( Il tremblote et bafouille un peu au début. Puis, naïvement, il reprend un peu confiance, sous l’oeil méfiant du professeur.)

A… alors… bonjour … à tous. Je … viens du collège Saint Michelin, à Lille. Je m’appelle X Frigaud…

Explosion de cris et de rires dans la classe. Dans le vacarme soudain, on entend plusieurs répliques.

Plusieurs élèves ensemble:

Ah! ah! Ah! Frigaud! Frigaud!

Elève 3

Eh, Frigaud, il fait froid à Lille?

Elève 4

Et ta mère, son nom c’est madame Lefour?

Elève 5

Eh, Frigaud, j’ai soif! Passe-moi un Coca bien frais!

Le professeur (crie)

Calmez-vous! Cessez ces moqueries idiotes!

La classe se calme un peu. Encore quelques rires et murmures indistincts. PP est blessé et humilié. Il se contient.

Le professeur (A PP, avec impatience, comme s’il était responsable de l’agitation ambiante)

Vous avez fini? Alors X Frigaud, (indiquant une place libre) allez donc vous installer à côté de cette jeune fille.

Personnage principal

Oui, m’sieur.

PP avance dans la classe. Elève 3 est là, au bord de la rangée, à le regarder s’avancer avec un sourire narquois. Le pied d’Elève 3 glisse sous sa table, c’est un croche-pied et PP trébuche, manque de tomber.

Elève 3 (Hypocrite)

Oh, excuse. J’l’ai pas fait exprès.

La classe se moque une fois de plus de PP qui est rouge de confusion, de colère.

Professeur (En colère)

Frigaud, cessez de faire le pitre et asseyez-vous!

Personnage principal

Mais…

Professeur (L’interrompt brutalement et hurle en postillonnant)

VOUS NE DISCUTEZ PAS ET VOUS ALLEZ VOUS ASSEOIR!!!

PP serre les poings et va s’asseoir à la place que lui a indiquée le professeur.

Deux élèves de la classe, un peu discrets dans le chahut général, chuchotent entre eux.

Elève 6

Ca s’fait pas! Franchement, il fait assez pitié, tu trouves pas?

Elève 7

Oui, c’est pas gentil. J’aimerais pas être à sa place.

4-Scène 4: Dans la cour de récréation EXTÉRIEUR JOUR –

PP est dans la cour de récréation. Seul sur un banc, il observe tous les élèves qui passent et qui jouent ensemble. Il est bousculé par un coup reçu sur son sac, il se retourne: deux élèves sont en train de se bousculer, c’est un début de bagarre (A DETAILLER) entre un grand costaud d’un mètre soixante-dix (Elève 3 ?) et un petit beaucoup plus frêle d’un mètre quarante-six. Quelques élèves surexcités commencent à se rassembler autour.

Elève 4

Ca s’tape, les mecs! Baston!!!

Elève 5 (Encourageant l’un des deux)

Allez, vas-y, casse-lui la figure!

Elève 4 (Encourageant l’un des deux)

Fais-en de la bouillie!

PP, qui se trouve par hasard au premier rang des spectateurs, essaie d’attraper le bras du plus grand.

Personnage principal (à Elève 3)

Wesh! Tu fais quoi? Arrête, c’est un petit! Tu vas lui faire mal. Ca changera rien de l’taper…

Elève 3 (Menaçant et méprisant à la fois)

Qu’est-ce que tu veux, toi? Tu veux te tape aussi? Ca me dérange pas, je vous prends tous les deux. J’te casse ta bouche, moi! Allez, vas-y, dégage de là le « non-violent »!

Personnage principal (Aux deux élèves qui continuent de se menacer, en tentant de contourner PP qui se trouve entre eux)

Non, arrêtez de vous battre. La violence ne résout rien. Faites la paix, pas la guerre!

Elève 8 (Qui tente d’être menaçant, du haut de son mètre quarante-six)

Pour qui tu t’prends? On est assez grands pour s’battre tous seuls!

PP est surpris par les paroles d’Elève 8; il relâche un peu son emprise. Elève 3 en profite pour allonger un coup de poing en direction d’Elève 8, le coup atteint PP en pleine figure. Son nez se met à saigner.

Elève 3 et 8 (Ensemble)

Prends ça! Ca t’apprendra à te mêler de tes affaires!

Elèves 4 et 5 rient avec les autres. Plusieurs élèves crient ensemble, tentant de pousser PP lui-même à la bagarre.

Plusieurs élèves

Ouh! Frigaud! Frigaud! Il est chaud, Frigaud!

Elèves 6 et 7 (Visiblement inquiets pour PP)

Garde ton sang froid, Frigaud!

PP est cette fois rouge de colère, on voit une veine gonfler et pulser sur sa tempe. Incontrôlable, il jette son sac, enlève sa veste, retrousse ses manches et lève les poings en hurlant.

Personnage principal

Cette fois t’as trop joué avec moi! Vous tous ici, vous avez trop pris la confiance!!!

On voit PP de dos prendre son élan…

5-Scène 5: Au gymnase INTÉRIEUR JOUR –

Elèves 6 et 7, portant les affaires de PP, parviennent devant la porte du gymnase. On entend une voix essoufflée, des bruits de coups impressionnants et une forte respiration venant de l’intérieur.

Personnage principal

Tiens, prends ça dans tes dents, et encore ça! Bam! Bam! Bien fait! Boum! Petit morveux!…

Elève 6

Ca m’fait flipper! Il est en train de frapper qui?

Elève 7

J’sais pas, mais ça doit faire mal!

Intrigués, ils jettent un coup d’oeil par la porte restée entrouverte. On voit PP de dos, en train de frapper une silhouette.

Personnage principal

Et ça, c’est pour ton retard à la noix!

On change d’angle de vue, et on voit PP en train de frapper un tapis de sol contre le mur. Ses coups sont précis, efficaces, manifestement il maîtrise parfaitement la technique. Il s’arrête, essoufflé. Elève 6 lui met la main sur l’épaule, PP se retourne, voit Elèves 6 et 7.

Elève 6 (A PP)

Eh, Frigaud, ça va mieux? Tu sais, depuis qu’t’es arrivé, on t’a observé. C’qui t’est arrivé, ça arrive à chaque nouveau. Mais franchement, on a aimé c’que t’as fait. T’as pas répondu à la provocation! (A élève 7) C’est un bon, il a pas cédé à la violence.

Ils s’assoient sur un banc près du mur.

Elève 7 (à PP)

Ouais; j’ai trouvé ça courageux; on te ramenait tes affaires et on vient de te voir te défouler. (A Elève 6) Il a une force d’acier ce gamin. Futur boxeur, moi j’te l’dis!

Personnage principal (Qui se détend)

Ton père, son travail, c’est pas déménageur?

Elève 7 (Souriant)

Si. Comment t’as su?

Il rient tous les trois.

Commentaires clos.